Bibliographie sur le Shijing

Cette bibliographie sur le Classique des Poèmes [Shijing 詩經] a été conçue avec Juris-M. Elle est accessible sur Zotero : ici. Ainsi, elle pourra être complétée et enrichie au fil du temps.

Elle a été pensée pour réunir une documentation aussi large que possible, incluant les éditions, les traductions, les usuels, mais aussi les références spécialisées. Son organisation est expliquée ici (version du 8 avril 2020).

En espérant que cette bibliographie puisse être utile par-delà l’espace francophone, elle est documentée sur la base de la langue anglaise.

Toute suggestion de titre à ajouter dans cette bibliographie est la bienvenue.

卷耳 : la lampourde (3)

Le poème est le troisième de la section rattachée au domaine royal intitulée « Zhounan » 周南 (Le Sud du Zhou).

Il ne s’agit pas d’un poème particulièrement connu ni commenté. Pourtant, il soulève bel et bien des questions d’interprétation. En effet, certains liront le poème comme porté par une seule voix, celle de la femme qui cueille et qui imagine son mari au loin tandis que d’autres le liront comme une complainte à deux voix faisant alterner celle de l’épouse et celle du mari au point de potentiellement les confondre ou les réunir à la fin.

Les commentaires portant sur le flore et la faune décrivent la plante cueillie par la femme (cf. ce billet – à venir).

采采卷耳ㆍ不盈頃筐ㆍ
嗟我懷人ㆍ寘彼周行ㆍ
陟彼崔嵬ㆍ我馬虺隤ㆍ
我姑酌彼金罍ㆍ維以不永懷ㆍ
陟彼高岡ㆍ我馬玄黃ㆍ
我姑酌彼兕觥ㆍ維以不永傷ㆍ
陟彼砠矣ㆍ我馬瘏矣ㆍ
我僕痡矣ㆍ云何吁矣ㆍ

Je cueille encore et encore la lampourde,
sans en remplir mon panier.
Je me mets à penser à lui,
et pose le panier sur le bas-côté.

Continuer la lecture de 卷耳 : la lampourde (3)

Sur le Shijing 詩經 (1/4)

小子!何莫學夫詩?詩,可以興,可以觀,可以群,可以怨。邇之事父,遠之事君。多識於鳥獸草木之名乎!

Mes petits, pourquoi aucun d’entre vous n’étudie-t-il les Poèmes? Avec les Poèmes, vous pourriez mieux suggérer, mieux observer, vivre dans la société, ou encore exprimer des doléances. Vous sauriez [comment] servir votre père chez vous et servir votre prince au loin. Vous en apprendriez [aussi] beaucoup sur les noms des oiseaux, des bêtes, des plantes et des arbres !

Confucius, Lunyu 論語 [Entretiens], XVII.8

Lorsque Confucius enjoint, de la sorte, ses disciples à étudier les Shi 詩[Poèmes], il fait référence à un ensemble de pièces poétiques dont environ trois cents nous sont parvenues sous la forme d’une anthologie.

Avec l’établissement du confucianisme comme orthodoxie d’État par l’empereur Wu des Han 漢武帝 (r. 141-87 AE), la collection de poèmes fut promue au rang de classique – ce qui explique que son titre soit désormais Shijing 詩經 [Classique des Poèmes]. Depuis lors, et jusqu’à la fin de l’empire en 1911, les lettrés étudièrent l’anthologie en s’appuyant sur des commentaires en vue d’intégrer l’appareil bureaucratique d’État au titre de fonctionnaires. 

L’anthologie est en outre considérée de très longue date comme l’origine première du genre shi 詩 [poésie] en Chine – très vite enrichi par la tradition des Chuci 楚辭 [Chants de Chu]. La « Daxu » 大序 [Grande Préface] qui lui fut associée sous la dynastie Han fonde, enfin, la poétique chinoise ancienne.

Le Shijing s’établit donc comme une pierre angulaire de la culture lettrée. Ses origines, sa transmission, l’histoire de ses lectures, et son inscription dans le champ littéraire n’en sont pas moins complexes.

Trois billets présenteront ces différents aspects de l’ouvrage.1

  1. Crédit photographique : Licence Creative Commons (CC BY-NC-SA 4.0.) Trustees of the British Museum. []

關雎 : les aigrettes (1)

La pièce est la première de la section associée aux territoires de la maison royale des Zhou intitulée « Zhou Nan » 周南 (Le Sud du Zhou).1

Ce premier poème de l’anthologie, auquel se rattache notamment la « Daxu »  大序 (Grande Préface) – le grand texte fondateur de la poétique chinoise, est emblématique du ressort poétique xing 興 (incitation) : la relation entre les oiseaux au premier distique est entendue comme représentative de celle nouée entre deux humains.

Les commentaires portant sur ce poème sont extrêmement nombreux, longs et riches. Ils montrent de manière exemplaire les divergences d’interprétation que suscite cette anthologie, les uns projetant sur un couple modèle la chasteté (supposée) des aigrettes, tandis que les autres analysent les étapes du rapprochement amoureux et les troubles qu’il engendre parallèlement dans les sphères humaines et animales. (cf. à ce propos un billet consacré au grand écart des lectures – à venir).

Dans sa traduction du poème en anglais, Ezra Pound (1885-1972) en propose – par pure intuition sans doute, car les commentaires dont il disposait invitaient plutôt à une lecture moralisante – une lecture érotique magistralement analysée par Mary Paterson Cheadle2.

Envisagé dans le cadre des commentaires sur la faune et la flore dans le Shijing 詩經 (cf. ce billet sur les commentaires de Lu Ji et de Mao Jin – à venir), ce poème met en évidence la démarche centrifuge3 des commentateurs (cf. le billet présentant ces extraits des commentaires sur la faune et la flore se rapportant à ce poème ponctués et traduits – à venir).

關關雎鳩ㆍ在河之洲ㆍ窈窕淑女ㆍ君子好逑ㆍ
參差荇菜ㆍ左右流之ㆍ窈窕淑女ㆍ寤寐求之ㆍ
求之不得ㆍ寤寐思服ㆍ悠哉悠哉ㆍ輾轉反側ㆍ
參差荇菜ㆍ左右采之ㆍ窈窕淑女ㆍ琴瑟友之ㆍ
參差荇菜ㆍ左右芼之ㆍ窈窕淑女ㆍ鐘鼓樂之ㆍ

Criaillent les aigrettes
sur l’îlot de la rivière.
Séduisante et parfaite jeune-fille,
le seigneur aimerait t’épouser !

Continuer la lecture de 關雎 : les aigrettes (1)
  1. Crédit photographique : Licence Creative Commons (CC BY-NC-SA 4.0.) Trustees of the British Museum. []
  2. Ezra Pound’s Confucian Translations, Ann Arbor, The University of Michigan Press, 1997, p. 159-165 []
  3. Evelyne Lesigne-Audoly, Du texte à l’œuvre. L’édition commentée du Livre-oreiller de Sei Shônagon par Kitamura Kigin (1674), thèse de doctorat non publiée, Inalco, 2013. []