Un nouveau Maoshi Zhengyi 毛詩正義 en version électronique

En vue de travailler sur les poèmes de l’anthologie du Shijing 詩經 [Classique des Poèmes], les différentes préfaces ainsi que les nombreux commentaires qui lui sont associés, il peut parfois s’avérer utile de constituer une nouvelle version électronique du corpus1.

Les commentaires orthodoxes de l’anthologie, qui ont été réunis et enrichis par Kong Yingda 孔穎達 (574-648) dans son édition de référence intitulée le Maoshi Zhengyi 毛詩正義 [Le sens juste des Poèmes selon Mao], sont disponibles sur différentes plateformes (ctext.org, wikisource ou scripta sinica notamment). Cependant, le texte des poèmes et celui des préfaces ou des commentaires de plusieurs auteurs se trouvent juxtaposés pour former une sorte de ligne textuelle continue. Il s’ensuit qu’il n’est pas possible d’isoler un pan du texte (les poèmes, les préfaces du sire Mao 毛 (Ier siècle AE), les commentaires de Zheng Xuan 鄭玄 (127-200) par exemple) pour lancer des requêtes sur l’un de ces pans ou pour comparer les commentaires de deux auteurs.

Pour pallier cette lacune et répondre à ce besoin, une version électronique du Maoshi Zhengyi est en cours de constitution. Le texte est proposé au format xml-tei afin de distinguer les différentes parties qui constituent cet ensemble textuel. Ce format permet également d’inclure de riches métadonnées en tête des fichiers. Le processus d’édition de cet ensemble est documenté et certaines pistes d’analyses sont également ouverts dans le répertoire intitulé Shijing-net. Les fichiers peuvent être librement consultés, téléchargés, enrichis et utilisés.

Pour accéder au répertoire constitué par Marie Bizais-Lillig et Ilaine Wang, il suffit de suivre ce lien.

 

  1. Crédit photographique : Licence Creative Commons (CC BY-NC-SA 4.0). © Trustees of the British Museum. []

平調曲 (Sur l’air « Pingdiao ») de Qiao Zhizhi 喬知之 (?-697)

Le poème numéroté 33 du Shijing, intitulé « Xiongzhi » 雄雉 (Faisan et faisanne), met en scène une femme qui, après avoir perçu le bruit d’envol d’oiseaux, s’épanche et exprime sa solitude et ses doutes quant à la fidélité de son compagnon.

Le tressage de ces motifs apparaît de manière répétée dans la poésie des Six Dynasties (220-589). Pour compléter une étude intertextuelle initiée à partir de cet exemple1, je fournis le poème dit du Bureau de la musique (Yuefu shi 樂府詩) sur l’air « Pingdiao » 平調曲 (Mélodie monotone) de Qiao Zhizhi 喬知之 (?-697) dans son intégralité.

南庭結白露,北風掃黃葉。此時鴻雁來,驚鳴催思妾。

曲房理針線,平砧擣文練。鴛綺裁易成,龍鄉信難見。

窈窕九重閨,寂寞十年啼。紗窗白雲宿,羅幌月光棲。

雲月曉微微,愁思流黃機。玉霜凍珠履,金吹薄羅衣。

漢家已得地,君去將何事?宛轉結蠶書,寂寞無雁使。

生平賀恩信,本為容華進。況復落紅顏,蟬聲催綠鬢。2

Dans la cour, au sud, givre la rosée blanchie ; le vent du nord balaie les feuilles jaunies.

À cet instant, les oies sauvages arrivent, et de leur brusque cri tourmentent l’épouse mélancolique.

Dans sa chambre, elle met de l’ordre dans ses aiguilles et son fil. Avec la pierre plate, elle bat les pièces de soie à motifs.

Continuer la lecture de 平調曲 (Sur l’air « Pingdiao ») de Qiao Zhizhi 喬知之 (?-697)
  1. cf. « Peut-on lire le Shijing 詩經 (Classique des Poèmes) comme une œuvre littéraire chinoise ? Réflexion sur les catégories de la réception » dans Thierry Roget et Stéphane Zékian (dir.), Accuser Réception, Fabula/Les colloques, décembre 2019, ici []
  2. Guo Maoqian 郭茂倩 (comp.), Yuefu shiji 樂府詩集 [Anthologie des poèmes dits du Bureau de la musique], Zhonghua shuju, Beijing, 2009 (1e édition : 1979), juan 33, p. 485. []

卷耳 : la lampourde (3)

Le poème est le troisième de la section rattachée au domaine royal intitulée “Zhounan” 周南 (Le Sud du Zhou).

Il ne s’agit pas d’un poème particulièrement connu ni commenté. Pourtant, il soulève bel et bien des questions d’interprétation. En effet, certains liront le poème comme porté par une seule voix, celle de la femme qui cueille et qui imagine son mari au loin tandis que d’autres le liront comme une complainte à deux voix faisant alterner celle de l’épouse et celle du mari au point de potentiellement les confondre ou les réunir à la fin.

Les commentaires portant sur le flore et la faune décrivent la plante cueillie par la femme (cf. ce billet – à venir).

采采卷耳ㆍ不盈頃筐ㆍ
嗟我懷人ㆍ寘彼周行ㆍ
陟彼崔嵬ㆍ我馬虺隤ㆍ
我姑酌彼金罍ㆍ維以不永懷ㆍ
陟彼高岡ㆍ我馬玄黃ㆍ
我姑酌彼兕觥ㆍ維以不永傷ㆍ
陟彼砠矣ㆍ我馬瘏矣ㆍ
我僕痡矣ㆍ云何吁矣ㆍ

Je cueille encore et encore la lampourde,
sans en remplir mon panier.
Je me mets à penser à lui,
et pose le panier sur le bas-côté.

Continuer la lecture de 卷耳 : la lampourde (3)

關雎 : les aigrettes (1)

La pièce est la première de la section associée aux territoires de la maison royale des Zhou intitulée “Zhou Nan” 周南 (Le Sud du Zhou).1

Ce premier poème de l’anthologie, auquel se rattache notamment la “Daxu”  大序 (Grande Préface) – le grand texte fondateur de la poétique chinoise, est emblématique du ressort poétique xing 興 (incitation) : la relation entre les oiseaux au premier distique est entendue comme représentative de celle nouée entre deux humains.

Les commentaires portant sur ce poème sont extrêmement nombreux, longs et riches. Ils montrent de manière exemplaire les divergences d’interprétation que suscite cette anthologie, les uns projetant sur un couple modèle la chasteté (supposée) des aigrettes, tandis que les autres analysent les étapes du rapprochement amoureux et les troubles qu’il engendre parallèlement dans les sphères humaines et animales. (cf. à ce propos un billet consacré au grand écart des lectures – à venir).

Dans sa traduction du poème en anglais, Ezra Pound (1885-1972) en propose – par pure intuition sans doute, car les commentaires dont il disposait invitaient plutôt à une lecture moralisante – une lecture érotique magistralement analysée par Mary Paterson Cheadle2.

Envisagé dans le cadre des commentaires sur la faune et la flore dans le Shijing 詩經 (cf. ce billet sur les commentaires de Lu Ji et de Mao Jin – à venir), ce poème met en évidence la démarche centrifuge3 des commentateurs (cf. le billet présentant ces extraits des commentaires sur la faune et la flore se rapportant à ce poème ponctués et traduits – à venir).

關關雎鳩ㆍ在河之洲ㆍ窈窕淑女ㆍ君子好逑ㆍ
參差荇菜ㆍ左右流之ㆍ窈窕淑女ㆍ寤寐求之ㆍ
求之不得ㆍ寤寐思服ㆍ悠哉悠哉ㆍ輾轉反側ㆍ
參差荇菜ㆍ左右采之ㆍ窈窕淑女ㆍ琴瑟友之ㆍ
參差荇菜ㆍ左右芼之ㆍ窈窕淑女ㆍ鐘鼓樂之ㆍ

Criaillent les aigrettes
sur l’îlot de la rivière.
Séduisante et parfaite jeune-fille,
le seigneur aimerait t’épouser !

Continuer la lecture de 關雎 : les aigrettes (1)
  1. Crédit photographique : Licence Creative Commons (CC BY-NC-SA 4.0.) Trustees of the British Museum. []
  2. Ezra Pound’s Confucian Translations, Ann Arbor, The University of Michigan Press, 1997, p. 159-165 []
  3. Evelyne Lesigne-Audoly, Du texte à l’œuvre. L’édition commentée du Livre-oreiller de Sei Shônagon par Kitamura Kigin (1674), thèse de doctorat non publiée, Inalco, 2013. []