Effets de renforcement de la théâtralité par la traduction : Le Shijing 詩經 (Odes confucéennes) selon Ezra Pound (1885-1972)

Article original en français, publié dans une traduction en japonais en janvier 2017 sous le titre « 翻訳による演劇性の強化:エズラ・パウンド(1885〜1972)による『詩経』翻訳 » (cf. CV).1

 

Les spécialistes du théâtre en Chine ont souligné que l’opéra-théâtre (ju 劇) chinois s’est épanoui relativement tardivement – aux XIIe-XIIIe s.2. Il se serait construit après l’arrivée du bouddhisme en Chine : avec l’importation de textes venus d’Inde, incluant mais ne se limitant pas à des textes religieux, l’art de la scène, si élaboré et apprécié en Inde, aurait progressivement trouvé sa place dans l’espace culturel chinois3. Certains spécialistes suggèrent également que des jeux de représentation dans le cadre de rituels existaient préalablement. Les enquêtes anthropologiques se concentrent surtout sur les rituels dans la religion taoïste et dans la religion populaire4.

Or on sait l’importance des rites à la cour depuis l’antiquité. Ces rites s’appuyaient sur la musique et sur des textes dont le Shijing 詩經 (Classique des Odes) serait le dépositaire. Outre ces paroles rituelles, le Shijing inclut des représentations de la scène à la cour5. Des sources locales de la performance scénique ritualisée pourraient donc être recherchées dans ce corpus.

Par ailleurs, cette même anthologie contient des poèmes qui s’appuient sur le dialogue, sur la narration, ou qui combinent les deux, à la manière de petites scénettes ou de petites mises en scène. Ces jeux de voix apparaissent notamment dans le cadre de rencontres amoureuses. C’est en m’appuyant sur ces trois dimensions fondamentales de la théâtralité que sont la mise en scène, le dialogue et l’intrigue que j’ai recherché des éléments qui dans le Shijing permettraient de dessiner les contours d’un proto-théâtre bien avant son développement sous les Song (960-1279) et son apogée sous les Ming (1368-1644) et les Qing (1644-1911), avant même son premier essor au début de notre ère.

Ma réflexion s’est articulée autour de deux poèmes du Shijing, dans leur version originale et dans la traduction qu’en a proposée Ezra Pound (1885-1912). Elle a mis au jour un effet de mise en valeur voire de renforcement de la théâtralité par la traduction. Après avoir introduit ce corpus et montré cet effet, je m’efforcerai d’expliquer les ressorts des choix de traduction de Pound, en investiguant le texte lui-même pour commencer, puis en envisageant des raisons extérieures au texte pour finir6. Continuer la lecture de Effets de renforcement de la théâtralité par la traduction : Le Shijing 詩經 (Odes confucéennes) selon Ezra Pound (1885-1972)

  1. Crédit photographique : Licence Creative Commons (CC BY-NC-SA 4.0). © Trustees of the British Museum. []
  2. Vincent Durand-Dastès le souligne par exemple dans « Le fantôme d’une belle : le théâtre chanté chinois (xiqu 戲曲) au tournant du millénaire », dans Eve Feuillebois-Pierunek (dir.), Théâtres d’Asie et d’Orient : Traditions, rencontres, métissages, Peter Lang, Bruxelles, 2012, p. 91-120. []
  3. D’après Jacques Pimpaneau, la pièce chinoise la plus ancienne s’appuie sur une thématique bouddhique, il s’agit de l’histoire de Mulian qui sauve sa mère. []
  4. On consultera à ce sujet avec un grand intérêt les documents audio-visuels réalisés par Jacques Pimpaneau conservés à l’Inalco (Paris, France). []
  5. Le poème n° 38 intitulé « Jianxi » 簡兮 (Avec aisance) en est un cas tout à fait exemplaire. []
  6. Je souhaiterais vivement remercier Mary de Rachewiltz pour l’accueil qu’elle m’a réservé en juillet 2016, me permettant d’accéder à la bibliothèque d’Ezra Pound préservée en Italie, ainsi que les documentalistes des collections spéciales de Hamilton College ainsi que de Yale University (Beinecke Library) sans lesquels ces recherches n’auraient pas été possibles. []