Bibliographie sur le Shijing

Cette bibliographie sur le Classique des Poèmes [Shijing 詩經] a été conçue avec Juris-M. Elle est accessible sur Zotero : ici. Ainsi, elle pourra être complétée et enrichie au fil du temps.

Elle a été pensée pour réunir une documentation aussi large que possible, incluant les éditions, les traductions, les usuels, mais aussi les références spécialisées. Son organisation est expliquée ici (version du 8 avril 2020).

En espérant que cette bibliographie puisse être utile par-delà l’espace francophone, elle est documentée sur la base de la langue anglaise.

Toute suggestion de titre à ajouter dans cette bibliographie est la bienvenue.

平調曲 (Sur l’air « Pingdiao ») de Qiao Zhizhi 喬知之 (?-697)

Le poème numéroté 33 du Shijing, intitulé « Xiongzhi » 雄雉 (Faisan et faisanne), met en scène une femme qui, après avoir perçu le bruit d’envol d’oiseaux, s’épanche et exprime sa solitude et ses doutes quant à la fidélité de son compagnon.

Le tressage de ces motifs apparaît de manière répétée dans la poésie des Six Dynasties (220-589). Pour compléter une étude intertextuelle initiée à partir de cet exemple1, je fournis le poème dit du Bureau de la musique (Yuefu shi 樂府詩) sur l’air « Pingdiao » 平調曲 (Mélodie monotone) de Qiao Zhizhi 喬知之 (?-697) dans son intégralité.

南庭結白露,北風掃黃葉。此時鴻雁來,驚鳴催思妾。

曲房理針線,平砧擣文練。鴛綺裁易成,龍鄉信難見。

窈窕九重閨,寂寞十年啼。紗窗白雲宿,羅幌月光棲。

雲月曉微微,愁思流黃機。玉霜凍珠履,金吹薄羅衣。

漢家已得地,君去將何事?宛轉結蠶書,寂寞無雁使。

生平賀恩信,本為容華進。況復落紅顏,蟬聲催綠鬢。2

Dans la cour, au sud, givre la rosée blanchie ; le vent du nord balaie les feuilles jaunies.

À cet instant, les oies sauvages arrivent, et de leur brusque cri tourmentent l’épouse mélancolique.

Dans sa chambre, elle met de l’ordre dans ses aiguilles et son fil. Avec la pierre plate, elle bat les pièces de soie à motifs.

Continuer la lecture de 平調曲 (Sur l’air « Pingdiao ») de Qiao Zhizhi 喬知之 (?-697)
  1. cf. « Peut-on lire le Shijing 詩經 (Classique des Poèmes) comme une œuvre littéraire chinoise ? Réflexion sur les catégories de la réception » dans Thierry Roget et Stéphane Zékian (dir.), Accuser Réception, Fabula/Les colloques, décembre 2019, ici []
  2. Guo Maoqian 郭茂倩 (comp.), Yuefu shiji 樂府詩集 [Anthologie des poèmes dits du Bureau de la musique], Zhonghua shuju, Beijing, 2009 (1e édition : 1979), juan 33, p. 485. []

卷耳 : la lampourde (3)

Le poème est le troisième de la section rattachée au domaine royal intitulée « Zhounan » 周南 (Le Sud du Zhou).

Il ne s’agit pas d’un poème particulièrement connu ni commenté. Pourtant, il soulève bel et bien des questions d’interprétation. En effet, certains liront le poème comme porté par une seule voix, celle de la femme qui cueille et qui imagine son mari au loin tandis que d’autres le liront comme une complainte à deux voix faisant alterner celle de l’épouse et celle du mari au point de potentiellement les confondre ou les réunir à la fin.

Les commentaires portant sur le flore et la faune décrivent la plante cueillie par la femme (cf. ce billet – à venir).

采采卷耳ㆍ不盈頃筐ㆍ
嗟我懷人ㆍ寘彼周行ㆍ
陟彼崔嵬ㆍ我馬虺隤ㆍ
我姑酌彼金罍ㆍ維以不永懷ㆍ
陟彼高岡ㆍ我馬玄黃ㆍ
我姑酌彼兕觥ㆍ維以不永傷ㆍ
陟彼砠矣ㆍ我馬瘏矣ㆍ
我僕痡矣ㆍ云何吁矣ㆍ

Je cueille encore et encore la lampourde,
sans en remplir mon panier.
Je me mets à penser à lui,
et pose le panier sur le bas-côté.

Continuer la lecture de 卷耳 : la lampourde (3)

Sur le Shijing 詩經 (1/4)

小子!何莫學夫詩?詩,可以興,可以觀,可以群,可以怨。邇之事父,遠之事君。多識於鳥獸草木之名乎!

Mes petits, pourquoi aucun d’entre vous n’étudie-t-il les Poèmes? Avec les Poèmes, vous pourriez mieux suggérer, mieux observer, vivre dans la société, ou encore exprimer des doléances. Vous sauriez [comment] servir votre père chez vous et servir votre prince au loin. Vous en apprendriez [aussi] beaucoup sur les noms des oiseaux, des bêtes, des plantes et des arbres !

Confucius, Lunyu 論語 [Entretiens], XVII.8

Lorsque Confucius enjoint, de la sorte, ses disciples à étudier les Shi 詩[Poèmes], il fait référence à un ensemble de pièces poétiques dont environ trois cents nous sont parvenues sous la forme d’une anthologie.

Avec l’établissement du confucianisme comme orthodoxie d’État par l’empereur Wu des Han 漢武帝 (r. 141-87 AE), la collection de poèmes fut promue au rang de classique – ce qui explique que son titre soit désormais Shijing 詩經 [Classique des Poèmes]. Depuis lors, et jusqu’à la fin de l’empire en 1911, les lettrés étudièrent l’anthologie en s’appuyant sur des commentaires en vue d’intégrer l’appareil bureaucratique d’État au titre de fonctionnaires. 

L’anthologie est en outre considérée de très longue date comme l’origine première du genre shi 詩 [poésie] en Chine – très vite enrichi par la tradition des Chuci 楚辭 [Chants de Chu]. La « Daxu » 大序 [Grande Préface] qui lui fut associée sous la dynastie Han fonde, enfin, la poétique chinoise ancienne.

Le Shijing s’établit donc comme une pierre angulaire de la culture lettrée. Ses origines, sa transmission, l’histoire de ses lectures, et son inscription dans le champ littéraire n’en sont pas moins complexes.

Trois billets présenteront ces différents aspects de l’ouvrage.1

  1. Crédit photographique : Licence Creative Commons (CC BY-NC-SA 4.0.) Trustees of the British Museum. []

關雎 : les aigrettes (1)

La pièce est la première de la section associée aux territoires de la maison royale des Zhou intitulée « Zhou Nan » 周南 (Le Sud du Zhou).1

Ce premier poème de l’anthologie, auquel se rattache notamment la « Daxu »  大序 (Grande Préface) – le grand texte fondateur de la poétique chinoise, est emblématique du ressort poétique xing 興 (incitation) : la relation entre les oiseaux au premier distique est entendue comme représentative de celle nouée entre deux humains.

Les commentaires portant sur ce poème sont extrêmement nombreux, longs et riches. Ils montrent de manière exemplaire les divergences d’interprétation que suscite cette anthologie, les uns projetant sur un couple modèle la chasteté (supposée) des aigrettes, tandis que les autres analysent les étapes du rapprochement amoureux et les troubles qu’il engendre parallèlement dans les sphères humaines et animales. (cf. à ce propos un billet consacré au grand écart des lectures – à venir).

Dans sa traduction du poème en anglais, Ezra Pound (1885-1972) en propose – par pure intuition sans doute, car les commentaires dont il disposait invitaient plutôt à une lecture moralisante – une lecture érotique magistralement analysée par Mary Paterson Cheadle2.

Envisagé dans le cadre des commentaires sur la faune et la flore dans le Shijing 詩經 (cf. ce billet sur les commentaires de Lu Ji et de Mao Jin – à venir), ce poème met en évidence la démarche centrifuge3 des commentateurs (cf. le billet présentant ces extraits des commentaires sur la faune et la flore se rapportant à ce poème ponctués et traduits – à venir).

關關雎鳩ㆍ在河之洲ㆍ窈窕淑女ㆍ君子好逑ㆍ
參差荇菜ㆍ左右流之ㆍ窈窕淑女ㆍ寤寐求之ㆍ
求之不得ㆍ寤寐思服ㆍ悠哉悠哉ㆍ輾轉反側ㆍ
參差荇菜ㆍ左右采之ㆍ窈窕淑女ㆍ琴瑟友之ㆍ
參差荇菜ㆍ左右芼之ㆍ窈窕淑女ㆍ鐘鼓樂之ㆍ

Criaillent les aigrettes
sur l’îlot de la rivière.
Séduisante et parfaite jeune-fille,
le seigneur aimerait t’épouser !

Continuer la lecture de 關雎 : les aigrettes (1)
  1. Crédit photographique : Licence Creative Commons (CC BY-NC-SA 4.0.) Trustees of the British Museum. []
  2. Ezra Pound’s Confucian Translations, Ann Arbor, The University of Michigan Press, 1997, p. 159-165 []
  3. Evelyne Lesigne-Audoly, Du texte à l’œuvre. L’édition commentée du Livre-oreiller de Sei Shônagon par Kitamura Kigin (1674), thèse de doctorat non publiée, Inalco, 2013. []

Effets de renforcement de la théâtralité par la traduction : Le Shijing 詩經 (Odes confucéennes) selon Ezra Pound (1885-1972)

Article original en français, publié dans une traduction en japonais en janvier 2017 sous le titre « 翻訳による演劇性の強化:エズラ・パウンド(1885〜1972)による『詩経』翻訳 » (cf. CV).1

 

Les spécialistes du théâtre en Chine ont souligné que l’opéra-théâtre (ju 劇) chinois s’est épanoui relativement tardivement – aux XIIe-XIIIe s.2. Il se serait construit après l’arrivée du bouddhisme en Chine : avec l’importation de textes venus d’Inde, incluant mais ne se limitant pas à des textes religieux, l’art de la scène, si élaboré et apprécié en Inde, aurait progressivement trouvé sa place dans l’espace culturel chinois3. Certains spécialistes suggèrent également que des jeux de représentation dans le cadre de rituels existaient préalablement. Les enquêtes anthropologiques se concentrent surtout sur les rituels dans la religion taoïste et dans la religion populaire4.

Or on sait l’importance des rites à la cour depuis l’antiquité. Ces rites s’appuyaient sur la musique et sur des textes dont le Shijing 詩經 (Classique des Odes) serait le dépositaire. Outre ces paroles rituelles, le Shijing inclut des représentations de la scène à la cour5. Des sources locales de la performance scénique ritualisée pourraient donc être recherchées dans ce corpus.

Par ailleurs, cette même anthologie contient des poèmes qui s’appuient sur le dialogue, sur la narration, ou qui combinent les deux, à la manière de petites scénettes ou de petites mises en scène. Ces jeux de voix apparaissent notamment dans le cadre de rencontres amoureuses. C’est en m’appuyant sur ces trois dimensions fondamentales de la théâtralité que sont la mise en scène, le dialogue et l’intrigue que j’ai recherché des éléments qui dans le Shijing permettraient de dessiner les contours d’un proto-théâtre bien avant son développement sous les Song (960-1279) et son apogée sous les Ming (1368-1644) et les Qing (1644-1911), avant même son premier essor au début de notre ère.

Ma réflexion s’est articulée autour de deux poèmes du Shijing, dans leur version originale et dans la traduction qu’en a proposée Ezra Pound (1885-1912). Elle a mis au jour un effet de mise en valeur voire de renforcement de la théâtralité par la traduction. Après avoir introduit ce corpus et montré cet effet, je m’efforcerai d’expliquer les ressorts des choix de traduction de Pound, en investiguant le texte lui-même pour commencer, puis en envisageant des raisons extérieures au texte pour finir6. Continuer la lecture de Effets de renforcement de la théâtralité par la traduction : Le Shijing 詩經 (Odes confucéennes) selon Ezra Pound (1885-1972)

  1. Crédit photographique : Licence Creative Commons (CC BY-NC-SA 4.0). © Trustees of the British Museum. []
  2. Vincent Durand-Dastès le souligne par exemple dans « Le fantôme d’une belle : le théâtre chanté chinois (xiqu 戲曲) au tournant du millénaire », dans Eve Feuillebois-Pierunek (dir.), Théâtres d’Asie et d’Orient : Traditions, rencontres, métissages, Peter Lang, Bruxelles, 2012, p. 91-120. []
  3. D’après Jacques Pimpaneau, la pièce chinoise la plus ancienne s’appuie sur une thématique bouddhique, il s’agit de l’histoire de Mulian qui sauve sa mère. []
  4. On consultera à ce sujet avec un grand intérêt les documents audio-visuels réalisés par Jacques Pimpaneau conservés à l’Inalco (Paris, France). []
  5. Le poème n° 38 intitulé « Jianxi » 簡兮 (Avec aisance) en est un cas tout à fait exemplaire. []
  6. Je souhaiterais vivement remercier Mary de Rachewiltz pour l’accueil qu’elle m’a réservé en juillet 2016, me permettant d’accéder à la bibliothèque d’Ezra Pound préservée en Italie, ainsi que les documentalistes des collections spéciales de Hamilton College ainsi que de Yale University (Beinecke Library) sans lesquels ces recherches n’auraient pas été possibles. []

Trois cents poèmes : projet

Dès ses origines, la poésie chinoise inclut de nombreuses références au monde extérieur – au monde naturel en particulier. Les plantes et les animaux y jouent divers rôles et ne sauraient être cantonnés à une simple fonction de décor, si bien que leur fragrance peut être à lire de manière figurée, que leurs comportements servent de modèles ou de repoussoirs pour la société des hommes, que leur utilisation au quotidien ou dans des rituels permettent de préciser le contexte du poème, et que les métaphores deviennent bien sûr stéréotypées. L’analyse des herbes, des arbres, des volatiles, des poissons, des bêtes et des insectes occupe à partir du moyen âge une place importante dans la tradition des commentaires poétiques. Dans le cas de commentaires dédiés à une thématique, on parle d’approche encyclopédique (bowu xue 博物學) – qui perdure d’ailleurs aujourd’hui.
Ce carnet de recherche se veut une exploration du bestiaire et de la flore qui habitent l’espace poétique antique et médiéval ainsi que de l’approche encyclopédique de cet espace.
Il fera la part belle à la première anthologie poétique chinoise, le Shi 詩 ou Shijing 詩經 (Poèmes ou Classique des Poèmes), établie selon toute probabilité au VIe s. AE, et à laquelle se rattachent deux commentaires encyclopédiques – celui de Lu Ji (d.i., entre le IVe et le VIIe s. NE) et celui de Mao Jin (XVIIe s. NE) – encore très peu étudiés.
Le carnet contiendra une version ponctuée et annotée des notices-commentaires établis par Lu Ji et Mao Jin (travail d’édition), un lien avec le poème auquel se rapporte la notice-commentaire dans sa version originale, une traduction en langue française des trois sources textuelles réunies, ainsi qu’une petite analyse des informations glanées.
Le carnet proposera en outre des études nourries par des ressources complémentaires (commentaires anciens, poèmes postérieurs au Shijing, traductions en langues occidentales) afin d’ouvrir des perspectives plus larges.
Comme les objets de la recherche présentée dans ce carnet sont peu connus du grand public comme des spécialistes, des notices introductives au corpus, aux ressources consultées, à l’état de la recherche dans ce domaine seront publiées en même temps que les premiers travaux sur les sources primaires.
L’objectif est de profiter du petit format et de l’indépendance des poèmes comme des commentaires pour produire progressivement une source textuelle utilisable (plutôt que d’attendre l’aboutissement d’un travail de longue haleine à cette fin), de partager cette source avec des spécialistes et des étudiants intéressés par ces objets d’étude (les sources primaires fournies ne présenteront un intérêt que pour les personnes initiées à la langue chinoise classique), et de potentiellement nourrir cette recherche par les réactions de lecteurs.

Crédit photographique : Licence Creative Commons (CC BY-NC-SA 4.0). © Trustees of the British Museum.

Citer cet article : Marie Bizais-Lillig, « Trois cents poèmes : projet », publié dans Trois cents poèmes, le 04/12/2017, lien : https://bowushi.hypotheses.org/1. [Consulté le 01/11/2020]