平調曲 (Sur l’air « Pingdiao ») de Qiao Zhizhi 喬知之 (?-697)

Le poème numéroté 33 du Shijing, intitulé « Xiongzhi » 雄雉 (Faisan et faisanne), met en scène une femme qui, après avoir perçu le bruit d’envol d’oiseaux, s’épanche et exprime sa solitude et ses doutes quant à la fidélité de son compagnon.

Le tressage de ces motifs apparaît de manière répétée dans la poésie des Six Dynasties (220-589). Pour compléter une étude intertextuelle initiée à partir de cet exemple1, je fournis le poème dit du Bureau de la musique (Yuefu shi 樂府詩) sur l’air « Pingdiao » 平調曲 (Mélodie monotone) de Qiao Zhizhi 喬知之 (?-697) dans son intégralité.

南庭結白露,北風掃黃葉。此時鴻雁來,驚鳴催思妾。

曲房理針線,平砧擣文練。鴛綺裁易成,龍鄉信難見。

窈窕九重閨,寂寞十年啼。紗窗白雲宿,羅幌月光棲。

雲月曉微微,愁思流黃機。玉霜凍珠履,金吹薄羅衣。

漢家已得地,君去將何事?宛轉結蠶書,寂寞無雁使。

生平賀恩信,本為容華進。況復落紅顏,蟬聲催綠鬢。2

Dans la cour, au sud, givre la rosée blanchie ; le vent du nord balaie les feuilles jaunies.

À cet instant, les oies sauvages arrivent, et de leur brusque cri tourmentent l’épouse mélancolique.

Dans sa chambre, elle met de l’ordre dans ses aiguilles et son fil. Avec la pierre plate, elle bat les pièces de soie à motifs.

Le satin aux canards mandarins3, il fut facile à couper ; des frontières, les missives paraissent difficilement.

La douce, dans le gynécée emmuré, en silence, pleure depuis dix ans.

À ses fenêtres voilées, les nuages blancs s’accrochent ; en ses rideaux de soie, le rayon de lune niche.

La lune et les nuages à l’aube se retirent ; ses pensées chagrines se déversent sur le métier jauni.

Le givre pâle gèle sur ses souliers de perles ornés ; un souffle doré traverse son vêtement de gaze.

La maison des Han a achevé sa conquête, qu’êtes-vous donc parti faire ?

D’un geste souple elle achève sa lettre ; dans le silence, point d’oie pour la transmettre.

Toute sa vie, elle a cru à ses marques de bonté ; c’était en fait pour attirer la Gracieuse.

Aussi, d’autant plus, quand décline son air juvénile, le son des cigales tourmente-t-il ses cheveux de jais.

Citer cet article : Marie Bizais-Lillig, « 平調曲 (Sur l’air « Pingdiao ») de Qiao Zhizhi 喬知之 (?-697) », publié dans Trois cents poèmes, le 21/11/2019, lien : https://bowushi.hypotheses.org/343. [Consulté le 22/05/2022]

  1. cf. « Peut-on lire le Shijing 詩經 (Classique des Poèmes) comme une œuvre littéraire chinoise ? Réflexion sur les catégories de la réception » dans Thierry Roget et Stéphane Zékian (dir.), Accuser Réception, Fabula/Les colloques, décembre 2019, ici []
  2. Guo Maoqian 郭茂倩 (comp.), Yuefu shiji 樂府詩集 [Anthologie des poèmes dits du Bureau de la musique], Zhonghua shuju, Beijing, 2009 (1e édition : 1979), juan 33, p. 485. []
  3. Les motifs de canards mandarins apparaissent sur les parures utilisées dans le cadre des unions entre hommes et femmes. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.