關雎 : les aigrettes (1)

La pièce est la première de la section associée aux territoires de la maison royale des Zhou intitulée “Zhou Nan” 周南 (Le Sud du Zhou).1

Ce premier poème de l’anthologie, auquel se rattache notamment la “Daxu”  大序 (Grande Préface) – le grand texte fondateur de la poétique chinoise, est emblématique du ressort poétique xing 興 (incitation) : la relation entre les oiseaux au premier distique est entendue comme représentative de celle nouée entre deux humains.

Les commentaires portant sur ce poème sont extrêmement nombreux, longs et riches. Ils montrent de manière exemplaire les divergences d’interprétation que suscite cette anthologie, les uns projetant sur un couple modèle la chasteté (supposée) des aigrettes, tandis que les autres analysent les étapes du rapprochement amoureux et les troubles qu’il engendre parallèlement dans les sphères humaines et animales. (cf. à ce propos un billet consacré au grand écart des lectures – à venir).

Dans sa traduction du poème en anglais, Ezra Pound (1885-1972) en propose – par pure intuition sans doute, car les commentaires dont il disposait invitaient plutôt à une lecture moralisante – une lecture érotique magistralement analysée par Mary Paterson Cheadle2.

Envisagé dans le cadre des commentaires sur la faune et la flore dans le Shijing 詩經 (cf. ce billet sur les commentaires de Lu Ji et de Mao Jin – à venir), ce poème met en évidence la démarche centrifuge3 des commentateurs (cf. le billet présentant ces extraits des commentaires sur la faune et la flore se rapportant à ce poème ponctués et traduits – à venir).

關關雎鳩ㆍ在河之洲ㆍ窈窕淑女ㆍ君子好逑ㆍ
參差荇菜ㆍ左右流之ㆍ窈窕淑女ㆍ寤寐求之ㆍ
求之不得ㆍ寤寐思服ㆍ悠哉悠哉ㆍ輾轉反側ㆍ
參差荇菜ㆍ左右采之ㆍ窈窕淑女ㆍ琴瑟友之ㆍ
參差荇菜ㆍ左右芼之ㆍ窈窕淑女ㆍ鐘鼓樂之ㆍ

Criaillent les aigrettes
sur l’îlot de la rivière.
Séduisante et parfaite jeune-fille,
le seigneur aimerait t’épouser !

De hauteurs différentes les nénuphars,
de droite, de gauche, les choisissons.
Séduisante et parfaite jeune-fille,
nuit et jour, il te désire.

Il te désire sans t’obtenir,
nuit et jour, il pense à toi.
Oh le malheureux !
Qui se tourne et se retourne.

De hauteurs différentes les nénuphars,
de droite, de gauche, nous les cueillons.
Séduisante et parfaite jeune-fille,
que les cithares t’accueillent !

De hauteurs différentes les nénuphars,
de droite, de gauche, nous les glanons.
Séduisante et parfaite jeune-fille,
que cloches et tambours te fêtent !

  1. Crédit photographique : Licence Creative Commons (CC BY-NC-SA 4.0.) Trustees of the British Museum. []
  2. Ezra Pound’s Confucian Translations, Ann Arbor, The University of Michigan Press, 1997, p. 159-165 []
  3. Evelyne Lesigne-Audoly, Du texte à l’œuvre. L’édition commentée du Livre-oreiller de Sei Shônagon par Kitamura Kigin (1674), thèse de doctorat non publiée, Inalco, 2013. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.