Trois cents poèmes : projet

Dès ses origines, la poésie chinoise inclut de nombreuses références au monde extérieur – au monde naturel en particulier. Les plantes et les animaux y jouent divers rôles et ne sauraient être cantonnés à une simple fonction de décor, si bien que leur fragrance peut être à lire de manière figurée, que leurs comportements servent de modèles ou de repoussoirs pour la société des hommes, que leur utilisation au quotidien ou dans des rituels permettent de préciser le contexte du poème, et que les métaphores deviennent bien sûr stéréotypées. L’analyse des herbes, des arbres, des volatiles, des poissons, des bêtes et des insectes occupe à partir du moyen âge une place importante dans la tradition des commentaires poétiques. Dans le cas de commentaires dédiés à une thématique, on parle d’approche encyclopédique (bowu xue 博物學) – qui perdure d’ailleurs aujourd’hui.
Ce carnet de recherche se veut une exploration du bestiaire et de la flore qui habitent l’espace poétique antique et médiéval ainsi que de l’approche encyclopédique de cet espace.
Il fera la part belle à la première anthologie poétique chinoise, le Shi 詩 ou Shijing 詩經 (Poèmes ou Classique des Poèmes), établie selon toute probabilité au VIe s. AE, et à laquelle se rattachent deux commentaires encyclopédiques – celui de Lu Ji (d.i., entre le IVe et le VIIe s. NE) et celui de Mao Jin (XVIIe s. NE) – encore très peu étudiés.
Le carnet contiendra une version ponctuée et annotée des notices-commentaires établis par Lu Ji et Mao Jin (travail d’édition), un lien avec le poème auquel se rapporte la notice-commentaire dans sa version originale, une traduction en langue française des trois sources textuelles réunies, ainsi qu’une petite analyse des informations glanées.
Le carnet proposera en outre des études nourries par des ressources complémentaires (commentaires anciens, poèmes postérieurs au Shijing, traductions en langues occidentales) afin d’ouvrir des perspectives plus larges.
Comme les objets de la recherche présentée dans ce carnet sont peu connus du grand public comme des spécialistes, des notices introductives au corpus, aux ressources consultées, à l’état de la recherche dans ce domaine seront publiées en même temps que les premiers travaux sur les sources primaires.
L’objectif est de profiter du petit format et de l’indépendance des poèmes comme des commentaires pour produire progressivement une source textuelle utilisable (plutôt que d’attendre l’aboutissement d’un travail de longue haleine à cette fin), de partager cette source avec des spécialistes et des étudiants intéressés par ces objets d’étude (les sources primaires fournies ne présenteront un intérêt que pour les personnes initiées à la langue chinoise classique), et de potentiellement nourrir cette recherche par les réactions de lecteurs.

Crédit photographique : Licence Creative Commons (CC BY-NC-SA 4.0). © Trustees of the British Museum.

Citer cet article : Marie Bizais-Lillig, « Trois cents poèmes : projet », publié dans Trois cents poèmes, le 04/12/2017, lien : https://bowushi.hypotheses.org/1. [Consulté le 16/10/2019]

Une réflexion sur « Trois cents poèmes : projet »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.